Menaces de mort. Insultes racistes. Harcèlement sexuel. Les travailleuses et travailleurs des centres d’appels font face à ces situations abusives chaque jour.

À certains centres, les travailleurs sont forcés d’endurer ce genre de situation. Ils ne peuvent raccrocher, peu importe les propos que tient l’appelant. Dans d’autres, les travailleurs peuvent se voir imposer des mesures disciplinaires s’ils raccrochent ou ne répondent pas à des appels injurieux.

Nous demandons à tous les employeurs de centres d'appels canadiens d'adopter la politique de rupture de la communication lors d'appels injurieux, de laisser à leurs travailleurs et travailleuses la possibilité de raccrocher ou transférer les appels injurieux - sans craindre pour leur emploi.

7 998 SIGNATURES
10 000 signatures

Signerez-vous?